Les pires coup business

N26 quitte le Royaume-Uni avec le Brexit ! Quelles alternatives ?

n26 voyage

Les voyageurs de nature Européens, dont la destination vers le Royaume-Uni, aura un peu de difficulté à effectuer un change de billet. Son compte en euro n’y sera pas échangé contre le livre s’ils font partie des banques en interdiction d’opérer dans le pays. C’est pourtant le cas avec N26 qui est affecté par le Brexit, obligeant cette néo-banque à quitter le pays des britanniques.

L’accord du Brexit et les établissements financiers

Le Brexit est un accord voté suite à un référendum qui s’est produit en Angleterre en 2017. Selon la décision du peuple, il vaut mieux  se retirer de la zone euro en guise d’une indépendance financière. La valeur du Livre est bien en dessus des besoins du pays qu’elle forme un grand pilier pour le développement économique.

Quant aux certains nouveaux pays membres de l’Union Européenne, ces derniers attestent une faible puissance sur le PIB et surtout en valeur monétaire. La présence des britanniques dans le cercle pourrait inciter ce pays à secourir ses confrères se positionnant dans une situation délicate. Pourtant cette action financière affaiblit la puissance du Royaume-Uni. Raison pour laquelle le peuple a opté pour son retrait dans la zone euro.

Conséquence du Brexit sur les banques mobiles

N26 est une néo-banque sans frontière Allemande laquelle détient une licence la plaçant au sommet des banques mobiles. Cette licence de nature Européenne est pourtant son assurance vie au sein du Royaume-Uni. Cette permission qui l’autorise à développer un marché financier, passerait le seuil de son échéance le 15 Avril 2020. En conséquence, les comptes N26 dans le pays seront clôturés jusqu’à ce deadline. Pareil pour les autres établissements 100% en ligne qui ne sont pas originaires du Royaume-Uni.

A lire aussi : https://www.banquesenligne.org/avis-n26/

Les alternatives face à ce rappel à l’ordre

Tout d’abord une mesure qui vient remettre en question la décision de l’autorité britannique a été mise en place il y a deux ans de cela. Il s’agit d’une création et mise en place de quelques bureaux de l’établissement bancaire à Londres, une année après la sortie du Royaume-Uni au sein de l’UE. La banque est actuellement assez réticente en vue de demander une licence britannique laquelle est certainement onéreuse.

Comme solution, il faudrait que les comptes soient basculés vers des néo-banques d’origine britannique. Dont la première sur la liste est Revolut puis Monzo et starling. C’est la deuxième alternative après la mise en place des offices financiers rattachés à la banque.

La meilleure issue c’est la concentration de son effort vers d’autres pays anglophone. Sur ce, il lève un fonds de 160 millions de dollars pour contrôler le marché aux Etats-Unis. En plus de cela, les majeures parties des clients qui opèrent dans les pays britanniques viendront renforcer une équipe partenaire de N26, entre autre le « Transferwise ».

Elle continue d’avancer au sein de l’UE, la preuve c’est qu’elle a franchi le cap en séduisant 5 millions d’utilisateurs jusqu’alors. Cette croissance qui se produit après le Brexit.

Un départ qui n’affecte pas la position de la banque mobile

Le basculement vers moneses, Revolut, Monzo, Atom, Cashplus…diminuera l’effectif mais ce ne sont quand même pas les Anglais qui boostent la clientèle de N26. En plus certains avis client prouvent que moins de clients Anglais adhèrent cet établissement ; ils préfèrent les concurrents susmentionnés. Comme à Londres, le nombre d’utilisateur n’est même pas repéré. Les gens préfèrent aussi se rapprocher de quelques banques traditionnelles qui évoluent dans le contexte. Il s’agit de FCA qui délivre un agrément dont le service serait plus facile pour les britanniques.

Bref, avec les 4 solutions citées précédemment face au départ de N26 le 15 Avril prochain, les clients semblent être indemnes. Le préavis est encore long pour préparer un transfert vers un autre compte mobile.

 

Charles

View more posts from this author